Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 21:10

Lee "scratch" Perry nait vers l'année 1936 dans un petit bled du nord ouest de la Jamaïque. Il vivote ici et là jusqu'en 1950 où il se décide à tenter sa chance à Kingston en tant que chanteur de ce nouveau style qui emerge: le ska. Il devient en fait l'homme à tout faire du Studio One de Coxsone qui lui refuse le droit d'enregistrer (il le trouve mauvais chanteur) mais exploite ses talents d'écriture, de composition ou de conducteur de session d'enregistrement. Il rencontre à cette époque des brillants débutants comme les Wailers (qui n'étaient encore qu'un trio), Toots and the Maytals ou Max Romeo. Il enregistre "Chicken scratch" qui "officialise" son surnom. Mal payé, pas crédité ni consideré par Coxsone, Perry quitte le Studio One en 66 et se retrouve à bosser pour Prince Buster puis pour Gibbs, principal concurrent de Coxsone. Il enregistre chez lui "I'm the upsetter", deuxième surnom pour Perry. 
En 69, Perry retrouve les frères Barrett et fonde les Upsetters avec qui il enregistre "Return of Django" qui lui vaut un contrat avec Trojan et une place de 5ème dans les charts anglais. Fin 69, les Wailers reviennent voir Scratch pour qu'il les produise. Ils enregistrent donc avec les frères Barrett des titres comme "My cup", "Soul rebel" ou "Duppy conqueror" écrit par Perry. Cette fructueuse collaboration dure jusqu'en 71 où des histoires de droits d'auteur les fait se séparer. Perry continue ses experimentations et en 73 sort le mythique "Blackboard Jungle Dub", consideré comme le premier disque de dub et produit avec King Tubby
En 74 celui-ci aide Perry à monter son premier studio d'enregistrement, le non moins mythique "Black Ark Studio". Il y produit avec un 4 pistes quelques uns des meilleurs albums du genre entre 74 et 79: "War ina Babylon" de Max Romeo, "Super Ape" des Upsetters ou "Police and Thieves" de Junior Murvin... De plus en plus mystique, Perry souffle de la fumée de ganja sur les bandes, danse et crie pendant les enregistrements... Le climat bouillant de la fin des 70's en Jamaïque avec son lot de racket et de gunmens ainsi que le départ de sa femme de l'époque avec ses enfants finissent de pourrir un Perry déjà bien entamé par l'alcool et la ganja. Le studio s'arrête en 79 part à l'abandon pour finalement être entièrement détruit par un incendie en 83. Perry l'a-t-il allumé de ses mains comme il l'a déclaré? Mystère. 
Il réapparait en Angleterre en 86-87 où il enregistre avec Adrian Sherwood et son Dub Syndicate. Depuis, de temps en temps à la faveur d'une mini tournée, il quitte son ermittage en Suisse pour pousser la chansonnette et agiter ses breloques devant un public de rastas blancs... 
lee-perry.jpg

TchüSS, les cheums!

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Avec ce post, j'ai appris des choses, j'ai vu un chouette dessin, j'ai passé un bon moment. Merci Rosko ! (et meilleurs voeux pour 2008 !)
Répondre
R
C'est le deuxième effet kiss cool de ce blog: un peu de dessin/un peu de culture. Bonne année JC, bien les vacances?